2008
// Resmusica
Porgy and Bess
Mai 2008

« N’a-t-on jamais entendu le Chœur de l’Opéra de Lyon swinguer comme dans Yes, a woman is a sometime thing ? C’est peut-être parce que quelques minutes auparavant, la soprano Magali Léger (Clara) offrait un superbe Summertime qui ne devait en rien aux innombrables versions connues de cet air fameux. »


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Nouvel Observateur
Porgy and Bess
Mai 2008

« A eux s’ajoute l’ensemble des chanteurs dont pas un n’est dramatiquement insignifiant et où se détachent le très beau couple, émouvant, constitué par Clara (Magali Léger) et Jake (Rodney Clarke) »


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Telerama
Sortie du CD La Bonne Chanson
Mars 2008

Sur la Bonne chanson de Fauré, récompensé de 4 FFFF Magali Léger (soprano), Michaël Levinas (piano) « Ecoutez la chanson bien douce / Qui ne pleure que pour vous plaire / Elle est discrète, elle est légère / Un frisson d'eau sur de la mousse ! » : ce quatrain de Verlaine, dans son recueil Sagesse, pourrait servir d'exergue au récital de mélodies que viennent de graver pour un label tout neuf la soprano Magali Léger et le pianiste-compositeur Michaël Levinas. Discret frisson de volupté, à fleur de mots et de notes, fluidité légère des arabesques mélodiques, entrelaçant chant et piano : il y a bien longtemps que l'art si difficile de Fauré et de Verlaine, l'équilibre si périlleux à maintenir entre l'ingénuité feinte de celui-ci et la complexité débonnaire de celui-là n'avaient été aussi magistralement servis. « Sans rien qui pèse ou qui pose », recommandait déjà Verlaine dans son Art poétique, extrait de Jadis et naguère. Magali Léger et Michaël Levinas ont suivi le conseil. Sans affectation ni surcharge, leur interprétation se joue des écueils qui détournent si souvent de ce précieux patrimoine musical - la mièvrerie salonnarde ou l'emphase déclamatoire. Chant comme accompagnement coulent ici de source, d'une ­même source artésienne : l'amour de la langue. Chanteuse et pianiste parlent naturellement, maternellement, le « fauréen » - cette langue bien vivante mais si fragile, car faite de vocables patinés pour sa phonétique et d'ondoiements proustiens, d'élasticité schumanienne pour sa syntaxe. « Sans fausse note et sans fadaise », proclame l'un des octosyllabes de La Bonne Chanson (poème no 2) : ce vers emblématique définit la réussite exemplaire de Magali Léger et de Michaël Levinas. Ecoutez, réécoutez « leur » bonne chanson - bien douce, si discrète, si légère, frisson d'eau sur de la mousse... Gilles Macassar


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Forum Opéra
Le Roi Malgrès lui, Opéra de Lyon
Février 2008

« Que dire enfin de la distribution qui se donne à entendre ici ? Qu'on en redemande, tout simplement ! Qu'on voudrait plus souvent des Minka aussi fines actrices et musiciennes que Magali Léger. La chanteuse bluffe ici son monde, petite soeur de Lakmé dans l'alanguissement de ses poses mystérieuses, noyées d'ombres changeantes, musquée, souple comme une liane, mais aussi enivrée d'une virtuosité éméchée. » Benoît Berger


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :