2009
// Classica
Georg Friedrich Haendel (1685-1759),
Magali Léger (soprano), RosaSolisa Veuve Joyeuse de Lehar, Opéra National de Lyon
/ Musica Ficta MF8008 (Codæx). 2008
Juillet 2009

« Si l’effectif de RosaSolis se limite à un quatuor (deux violons, un violoncelle et un clavier), il ne restreint jamais sa palette expressive ni la gamme de ses couleurs. Il permet par ailleurs un parfait équilibre entre voix et instruments. Le vibrato contenu de Magali Léger, le soin apporté à la diction comme à la dynamique (les effets suspensifs sur le « suspiramus » dans le Salve Regina), la tenue permanente de la ligne s’apprécient d’autant mieux. La soprano a judicieusement choisi d’interpréter ces pages sans oublier que l’art sacré d’alors (la peinture, la sculpture et l’architecture en témoignent) adoptait les artifices de la scène : sensualité et ferveur ne s’éloignent donc jamais très longtemps. » Philippe Venturini


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Télérama
Georg Friedrich Haendel (1685-1759),
Magali Léger (soprano), RosaSolisa Veuve Joyeuse de Lehar, Opéra National de Lyon
/ Musica Ficta MF8008 (Codæx). 2008
Avril 2009

« Grâce italienne. Le répertoire ultramontain de Haendel magnifié par Magali Léger. ... Entourée de ses fidèles partenaires de l'ensemble RosaSolis, la soprano Magali Léger a réuni un choix judicieux de pages qui alternent feux d'artifices vocaux (le Gloria et l' " alleluja" du motet Coelestis dum sprirat aura, composé pour la chapelle privée du marquis Ruspoli, mécène romain de Haendel) et méditations recueillies (le Salve Regina, ombré d'un clair-obscur caravagesque par le petit orgue baroque de Julie Blais). Par la grâce jaillissante de ses vocalises, par la fraîcheur et le naturel de ses accents, Magali Léger nous communique cette sensation euphorique que rien se saurait borner ni freiner l'essor de l'inspiration de Haendel... » Gilles Macassar


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Alta Musica
La renaissance de Chabrier
Avril 2009

« La légèreté vocale est celle de l’esclave Minka, amoureuse de Nangis, l’ami du roi. Petite sœur de Lakmé, cette virevoltante égérie est chantée par une adorable interprète, à la grâce de liane, la Guadeloupéenne Magali Léger. On se demande d’ailleurs comment cette jolie voix est si souvent absente des scènes. » Nicole Duault


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :
// Chronique/Opéra
Anaclase
Mars 2009

« Vocalement, la jeune distribution, qui ne manque pas de qualités, même si elle peine parfois à lier le chant et le dialogue parlé, est largement dominée par l’éblouissante prestation de Magali Léger (Minka), esclave survitaminée se jouant avec superbe des difficultés accumulées le long d’un rôle passant de la tendresse mélodieuse à la pyrotechnie vocale. Du grand art. » Gérard Corneloup


: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :